Jeux Psycho/Jeux Psycho

Jeux psychologiques en tant que persécuteur

Jouer en tant que persécuteur…

    • « Défauts !»
      Pour évacuer le sentiment de ne pas se sentir valorisé, attaquer l’autre, lui chercher des défauts pour se défendre et se rassurer. Il s’agit de dépasser sa propre dévalorisation par un excès de perfectionnisme afin d’être reconnu et donc, valorisé. Plus l’attente de valorisation est importante, plus les reproches à l’autre seront virulents pour se placer au dessus de lui.
    • « Maintenant, je te tiens ! »
      Lors de la crainte qu’une « injustice » survienne, guetter tout signe avant-coureur pour prendre l’autre en défaut à la première occasion. Il s’agit de se conforter dans l’idée qu’il faut se méfier de tout et de tout le monde. Cela permet d’alimenter les messages contraignants qui nous inhibent et que par projection, les autres n’ont pas le droit d’enfreindre.
    • « Le mien est mieux que le tien ! »
      Chacun défend sa position avec véhémence et dévalorise celle de l’autre qui répond à l’identique. L’enjeu ne réside pas dans le fait de trouver une solution mais dans le choix de celle d’un des participants. Afficher son savoir-mieux-faire, c’est chercher une valorisation et une reconnaissance par le fait d’être choisi, d’être mieux que l’autre.
    • « Oui mais !»
      Après s’être plaint pour exister aux yeux d’un sauveur qui lui prodigue des solutions toujours insatisfaisantes à ses yeux, la victime bascule en persécuteur de son sauveur pour reprendre le dessus sur la situation et y mettre un terme.
    • « Battez-vous !»
      Semer la zizanie entre deux personnes pour pouvoir intervenir comme le médiateur idéal dans ce conflit qu’il a lui-même provoqué. Trouver une place dans une relation tierce, une place parmi ce couple qui se déchire et dont il veut être le lien.
    • « Regarde ce que tu me fais faire !»
      Culpabiliser l’autre pour masquer sa propre peur ou son propre jugement négatif. Avoir le sentiment d’avoir failli étant tellement insupportable que le rejeter sur l’autre est un moyen d’expulser la tension négative du jugement sur soi.
    • «Le viol intellectuel»
      Demander des solutions sachant pertinemment qu’il ne la possède pas et pouvoir ensuite le lui reprocher en dévalorisant la stature de soi-disant connaissance absolue qui lui est faite. Un moyen de se rassurer en stigmatisant l’autre comme pas plus doué que soi.
    • «Pourquoi faut-il toujours que tu…»
      Se sentir oppressé par l’attitude de l’autre qui renvoie à ses propres jugements et ses croyances sur ce qui doit ou ne doit pas être. Le reproche fait à l’autre parle souvent des reproches intégrés au fond de soi et qui définit nos interdits et nos limites.
    • «Sans toi…»
      Quand l’autre devient un catalyseur de tout ce qui n’a pas été, cela libère de la pression de sa propre responsabilité dans son existence insatisfaisante. L’autre n’est plus que le réceptacle des espoirs déçus et du rôle qui lui a été fait de rendre l’autre heureux. Mais le bonheur est-il l’affaire de l’autre ?

Passer le test ATennea pour avoir simultanément votre base ennéagramme et vos pilotes, injonctions et états du moi en Analyse Transactionnelle

Jeux Psycho/Jeux Psycho

Jeux psychologiques en tant que sauveur

Jouer en tant que sauveur…

    • «J’essaie seulement de vous aider»
      Aller au-delà des demandes et des besoins des autres jusqu’au retournement de situation lorsque les reproches lui sont faits de trop en faire. Le sauveur se transforme alors en persécuteur qui dit ne vouloir qu’aider et s’affiche comme un incompris, victime d’une injustice.
    • «Laisse-moi le faire à ta place»
      Se substituer à l’autre implique une dévalorisation de ses capacités à faire et une compensation affichée de sa propre dévalorisation. Se sentir utile pour exister, obtenir une place lorsque cette proposition d’aide est imposée par le registre émotionnel.
    • «Heureux de vous rendre service»
      Un moyen de flatter son égo par la réception de mercis provoqués et revendiqués ?
      Rendre service, c’est agir pour l’autre. Se rendre indispensable, c’est agir pour soi. Imposer ses services, c’est priver l’autre de sa liberté d’agir, lui proposer ses services, c’est lui offrir la possibilité de choisir.
    • «Raconte-moi tes malheurs»
      A nouveau une aide proposée mais qui se situe uniquement dans le registre émotionnel. Elle est propice au déroulement intense de ce jeu où fusent des émotions contradictoires, verbalisées ou non.
      A la fois chercher à se rassurer dans les malheurs des autres qui relativisent les siens et en même temps, offrir une écoute valorisante qui manque à l’autre mais aussi et surement, à soi.
    • «A votre place je…»
      Conseiller, proposer, suggérer en se mettant dans les pensées de l’autre qui n’existe alors que par la projection de nos propres pensées, croyances, désirs et peurs.
      Penser pour l’autre pour vivre par procuration des réponses à nos propres interrogations.

 
Passer le test ATennea pour avoir simultanément votre base ennéagramme et vos pilotes, injonctions et états du moi en Analyse Transactionnelle

Jeux Psycho/Jeux Psycho

Jeux psychologiques en tant que victime

Jouer en tant que victime…

    • « Stupide !»
      « Je comprends rien, je n’ai jamais su faire ce que tu demandes, sans doute que je suis trop nul pour comprendre »
      Cela reflète la peur de décevoir l’autre si ce qui est demandé est mal fait. C’est prendre le risque d’être rejeté et abandonné si l’autre est mécontent. Se présenter comme victime de l’ignorance permet d’être protégé par un sauveur et de ne pas être sollicité.
    • « Jambe de bois !»
      Montrer tout ce qui ne va pas en soi pour affronter les épreuves de la vie. C’est un moyen de justifier sa condition insatisfaisante. Se plaindre et chercher à être conforté en sollicitant une écoute bienveillante et compréhensive mais surtout, non active pour ne pas devoir affronter ses propres blocages.
    • « Oui mais !»
      Se plaindre et trouver infaisables, toutes les solutions proposées par un sauveur afin de rester dans le confort de l’inaction plaintive. Il ne s’agit pas de trouver des réponses mais d’exposer des raisons pour masquer sa difficulté à se mobiliser.
    • «Pourquoi faut-il que ça m’arrive toujours à moi ?»
      Pourquoi c’est si facile pour tous les autres ?
      Se présenter comme victime de difficultés extérieures pour justifier son malaise. Rejeter toute la responsabilité de sa condition sur les injustices de la vie pour refouler sa propre dévalorisation et refuser de voir ses vraies capacités.
    • «Pauvre de moi»
      Se plaindre pour être écouté et avoir le sentiment d’exister. Si l’écoute n’est pas là, la victime bascule dans le rôle du persécuteur en reprochant la non implication de l’autre pour le culpabiliser et se replacer en victime incomprise.
    • «J’essaie de faire de mon mieux»
      Montrer que son dévouement pour les autres n’est pas récompensé puis les stigmatiser pour les culpabiliser. En un seul jeu, pouvoir passer rapidement du sauveur qui aide sans être sollicité, à la victime qui n’est pas reconnu de ses bienfaits puis au persécuteur qui culpabilise l’autre de son ingratitude.
    • «C’est affreux !»
      Se plaindre pour demander de l’attention. Quand tout est danger, la demande d’être protégé est forte et pouvoir compter sur quelqu’un est important car il est difficile de compter sur soi.
    • «Pardonne-moi” (Schlemiel)
      Une action volontairement maladroite et provocante pour tester et déplacer les limites du supportable. Savoir jusqu’où aller pour être toujours aimé. Plus la capacité d’accepter de l’autre est grande, plus l’amour est ressenti comme grand. Une quête issue d’une blessure de reconnaissance.

Passer le test ATennea pour avoir simultanément votre base ennéagramme et vos pilotes, injonctions et états du moi en Analyse Transactionnelle

Jeux Psycho/Jeux Psycho

Jeux psychologiques ou stratagèmes

Quand dans nos relations à l’autre, nous agissons selon les messages contraignants que nous avons intégrés comme nos valeurs ou pour satisfaire les objectifs de ce que nous croyons devoir être, nous ne sommes pas nous-même mais seulement le résultat de ces conditionnements qui constituent la base de notre image sociale.

Un échange entre personnes s’assimile à un jeu psychologique quand l’objectif affiché n’est pas le but réel de l’échange.

Dans un échange, les intervenants peuvent endosser trois rôles :les jeux psychologiques

  • la « Victime » qui se plaint et s’en remet à un sauveur
  • le « Sauveur » qui veut aider la victime pour se valoriser
  • le « Persécuteur » qui impose son jugement culpabilisateur

Les jeux psychologiques vont s’appuyer sur ces différentes caractéristiques et nous entraîner dans des rôles dépendants du jeu en cours. Nous pouvons être victime, persécuteur, sauveur et alterner d’un rôle à l’autre au cours du même jeu psychologique, de la même suite de transactions et au travers d’une alternance possible de jeux.

Un Sauveur se transforme en Persécuteur quand la victime n’agit pas comme il le souhaite. La victime peut se rebeller et prendre le rôle du persécuteur pour attaquer le sauveur qui devient alors, la victime, etc… Il s’agit du triangle dramatique de Karpman

Un jeu est une séquence de transactions qui suit un déroulement récurrent et inconscient, un schéma connu qui s’active malgré nous et s’articule autour des mêmes ingrédients :

  • Un Appât → un prétexte qui permet le déclenchement du jeu
  • Un Point Faible → angle d’attaque qui permet le choix inconscient du jeu
  • Des Réponses → Elles alimentent le jeu et permettent la permutation des rôles
  • Un Rebondissement → Il intensifie la charge émotionnelle du jeu et les retombées sur les participants
  • La Stupeur → Souvent liée à un brusque changement de rôle, elle stoppe le jeu par défaut de réponses adaptées
  • Un Bénéfice négatif→ Fin du jeu, un flot d’émotions sillonnent les blessures et les croyances des participants

Parmi les raisons pour lesquelles les personnes jouent un jeu psychologique ou utilisent un stratagème, on peut considérer qu’il s’agit de façon…

  •  de structurer son temps
  •  d’obtenir ou de se générer des signes de reconnaissance, mêmes négatifs
  •  de maintenir un faux sentiment et l’ensemble de pensées, de croyances et d’actions qui l’accompagnent
  •  de confirmer les injonctions parentales et de poursuivre son Scénario de Vie
  •  de maintenir une position de vie non saine en faisant la démonstration que soi-même ou bien que l’autre n’est « pas OK »
  •  de fournir un haut niveau d’échanges de signes de reconnaissance, tout en maintenant de la distance et en bloquant l’intimité.

Les charges émotionnelles délivrées dans cet échange représentent la motivation profonde de ce jeu et répondent aux blessures, croyances que chaque participant possède en lui.

Passer le test ATennea pour avoir simultanément votre base ennéagramme et vos pilotes, injonctions et états du moi en Analyse Transactionnelle